Le Viaduc

Le Viaduc d’Anthéor Hier
Aujourd'hui

Le viaduc est l’emblème du quartier d’Anthéor.
Cet ouvrage ferroviaire est une conséquence du rattachement du Comté de Nice à la France en 1860. L’opération devant être concrétisée au plus vite par un symbole fort, Napoléon III prolongea jusqu’à Nice la voie ferrée de Paris à Lyon et Marseille, dont le terminus était alors Les Arcs en Provence.

La traversée du massif de l’Estérel posa des problèmes très importants : franchissement de ravins, creusement de tranchées et percement de tunnels dans la montagne, construction de ponts, etc.

Ponts sous le rocher St Barthélemy
Viaduc d’Antéore
Le viaduc dans les années 50.

Le franchissement du ravin (ou vallon) d’Antéore, comme on l’écrivait à l’époque, fut résolu par la construction d’un ouvrage d’art monumental.

200 hommes se relayèrent jour et nuit toutes les 3 heures durant les 2 ans de la construction, de 1860 à 1862.

Le viaduc se compose de 8 piles soutenant 9 arches de 10 mètres d’ouverture. Il mesure 173 mètres de long. Chaque pile a une masse de 1350 tonnes. La voie ferrée est à 25 mètres au-dessus du sol.

Édifié en courbe, le viaduc subit des contraintes importantes sous l’effet de la force centrifuge. C’est pourquoi des tirants transversaux ont été posés en 1936 pour maintenir la rigidité du tablier. On peut toujours les voir au-dessus des piliers et des voûtes.

La vitesse des trains est limitée à 90 km/h.

Le viaduc d’Anthéor actuel
La plaque commémorative du Débarquement de Provence

Sur la 3ème pile (côté est) a été posée, face à la plage, une plaque commémorative du Débarquement de Provence. Une cérémonie s’y déroule chaque année à la date anniversaire du 15 août. 

Remontez le temps pour découvrir l’histoire d’Anthéor depuis la naissance du viaduc.

Laisser un commentaire