L’Estérel est un massif volcanique. Son système est dit « explosif » de type Péléen (comme la Montagne Pelée aux Antilles).

Il y a dans notre massif de la rhyolite, de la pyroméride, des laccolites (poches de roches plutonique qui n’ont jamais atteint la surface). Ces laves sont dites « acides » car elles contiennent plus de 65% de SiO2 (oxyde de silicium -ou quartz-). Ces laves sont très visqueuses et pas très chaudes entre 700° et 900° contre 1200° à 1300° pour les laves dites « basiques » car elles contiennent moins de 55% de SiO2.

Les roches de l’Estérel donnent des sols acides qui font disparaître rapidement les métaux et surtout les os. Les métaux s’oxydent très vite. Les os disparaissent. C’est pour cette raison que les fouilles préhistoriques ne permettent de trouver que des artefax en pierre ou argile.

Les très rares os trouvés (par exemple le morceau de maxillaire de cheval des baumes Rainaudes au Muy) ont été carbonisés (cuisson pour repas). Ils ont permis une datation de la couche à -20.500 ans avant JC. Car l’os carbonisé se calcifie et minéralise,  permettant donc sa conservation.

Remerciements à Marc Miraglio, archéologue, spéléologue spécialisé en préhistoire.