L’essentiel d’Anthéor est occupé par le Domaine d’Anthéor-Plage, aussi appelé Lotissement d’Anthéor. Il s’agit d’un domaine privé créé en 1923, qui comporte environ 440 propriétés à vocation résidentielle. C’est un des plus anciens lotissements du Var.

Du 17ème siècle à 1923
Les terres d’Anthéor étaient la propriété de la famille d’Agay, qui exploitait le bois et élevait du bétail sur les collines. Le fond du ravin (sous le viaduc et à l’emplacement du camping actuel) était cultivé, grâce à une source.

Cadastre de St-Raphaël 1825
Cadastre de St-Raphaël 1825

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers 1860 eurent lieu plusieurs cessions de terrain à la municipalité de Saint Raphaël, en limite de l’Estérel. Elles fixèrent les limites de la forêt communale au nord du viaduc, côté montagne. D’autres terrains furent cédés pour le passage de la voie ferrée et l’emprise au sol du viaduc. Il en fut de même pour la construction de la Corniche d’Or jusqu’au viaduc.

La création du Domaine s’organisa peu à peu avant et après la Première Guerre Mondiale par la cession de 44 hectares à des sociétés qui connurent des fortunes diverses jusqu’à la constitution de la Société Financière des Terrains d’Anthéor en 1921 qui organisa la promotion du Domaine en traçant les routes et en délimitant les parcelles (lots).

1923 commercialisation du Domaine d’Anthéor-Plage

A l’origine, le Domaine est divisé en 350 lots de taille variable (de 330 à 5800 m2), étagés depuis le bord de mer jusqu’au haut de la colline du Peysserin. Il s’étend rapidement à 379 lots, puis davantage par morcellement, jusqu’à la situation actuelle.

Un bureau de vente est construit à l’emplacement actuel de l’Hôtel-Restaurant des Flots Bleus. La commercialisation du programme se déroule sous la direction de Mr Balthazard.

Une importante campagne de promotion est mise en œuvre, avec dépliants, collection de cartes postales, plan du Domaine. Des Agents Délégués jouent le rôle d’apporteurs d’affaires.

Carte d'Agent Délégué

Le programme connaît immédiatement un grand succès, puisqu’à l’automne 1924, plus de 60 lots sont déjà vendus et plusieurs maisons construites.

Le principal frein reste l’approvisionnement en eau potable qui, en dépit des promesses, reste aléatoire et limité au bord de mer qui, seul, va se développer.

Jusqu’en 1939
Le bord de mer se construit rapidement : villas, restaurants, hôtels, garages, magasin d’alimentation. Il en est de même dans le vallon sous le viaduc qui dispose d’une source autorisant des cultures maraîchères.

Le climat sain conduit à la transformation de la villa Eliane en Institut Helio-Marin « Les Roches d’Anthéor », où sont soignés des enfants malades.

Le Domaine est administré par le « Syndicat d’Initiative d’Anthéor et Union des Propriétaires », association autorisée et enregistrée le 29 juillet 1926.

La guerre

Anthéor est d’abord occupé par les troupes Italiennes, puis Allemandes à partir de 1942-43. L’Administration de Vichy expulse certains habitants. Les bombardements incessants du viaduc par l’aviation Anglaise, puis Américaine chassent peu à peu les autres habitants. Il n’y a aucun témoin oculaire du Débarquement Américain du 15 Août 1944.

L’après-guerre

Le Domaine se reconstruit progressivement. La gestion est assurée par l’ASPLA (Association Syndicale des Propriétaires du Lotissement d’Anthéor) qui voit le jour en 1955 sous l’impulsion de Monsieur Carles et de Madame Jauze. Des rues portent leur nom vers la passerelle SNCF.

Le Domaine ne se développe vraiment qu’après 1964, lorsque la distribution de l’eau est assurée avec une pression suffisante pour atteindre les lots les plus élevés.

Page à compléter. De nombreuses illustrations sont prévues.