La calanque d’Anthéor, son ravin, son viaduc et sa plage minuscule ont le triste privilège de faire partie des lieux les plus bombardés de la Seconde Guerre Mondiale.

En 11 mois, de Septembre 43 à Août 44, plus de 10 bombardements aériens ont visé ce qui était devenu un objectif stratégique prioritaire des Alliés : le viaduc d’Anthéor !

544444_144128375760329_1462190785_n
Le viaduc d’Anthéor au-dessus du vallon : c’est le point le plus vulnérable de l’axe de ravitaillement allemand.

Il s’agissait en effet de couper une voie de ravitaillement majeure de l’armée allemande occupant l’Italie du Nord, alors que celle-ci tentait de freiner la progression vers Rome des armées alliées. En 1943, 15.000 tonnes de matériel empruntaient chaque jour le viaduc d’Anthéor vers l’Italie. Il fallait interrompre le trafic en rendant le viaduc inutilisable.

B17 en action à Anthéor
Escadrille de B17 bombardant le viaduc. Raid du 31/10/1943. Plage, viaduc et vallon sont sous les fumées des bombes.
B17
B17 (Forteresse volante) du 12th Air Force de l’US Army au-dessus de l’Estérel. Raid du 31/10/1943.

La Royal Air Force (RAF) d’abord, l’United States Air Force (USAF) ensuite, bombardèrent le viaduc. Mais le Commandement Allemand avait bien évalué l’intérêt stratégique du viaduc et, en conséquence, le littoral de l’Estérel avait été truffé de batteries d’artillerie antiaérienne (Flak) et de projecteurs redoutablement efficaces, qui causèrent beaucoup de pertes à l’aviation alliée mais surtout la gênèrent considérablement lors des bombardements, la forçant à rester à des altitudes élevées nuisant à leur précision.

Flak sous le St Barthélémy
DCA allemande en protection du viaduc.

Cette gêne lors de la phase finale d’approche, associée à l’exiguïté de la cible et à son encaissement entre des collines escarpées, eut pour résultat de limiter l’efficacité des bombardements. Le viaduc ne fut jamais fortement endommagé et le trafic ne fût interrompu que peu de temps, lorsqu’il le fût.

Le viaduc et la ligne SNCF furent aussi l’objet de sabotages par la Résistance, mais les moyens très limités de celle-ci ne permirent pas des résultats déterminants. Les Alliés préférèrent les bombardements aériens, en dépit des pertes qu’ils occasionnaient dans les équipages mais surtout dans les populations civiles.

La destruction du viaduc constitua l’un des objectifs du Débarquement de Provence (Operation Anvil Dragoon) car il s’agissait d’interdire tout envoi de renfort par voie ferrée depuis les Alpes-Maritimes vers la zone du Débarquement, qui aurait pu menacer la tête de pont prévue dans le secteur Est (secteur Camel).

La plage d’Anthéor (Camel Blue Beach), en dépit de sa taille minuscule, fût ainsi la plage de Débarquement la plus à l’Est de toute l’opération (si l’on excepte la calanque de l’Esquillon objectif de la Force Rosie, commando du Commandant Sériot). Elle fût choisie pour verrouiller le flanc Est du Débarquement et former une tête de pont à partir de laquelle les voies de communication dans l’Estérel (N98 et N7) pourraient être coupées.

Au matin du 15 Août 1944, de 6h30 à 8h00 une préparation d’artillerie navale s’ajouta à un bombardement aérien massif : plus de 400 bombes furent larguées par 4 vagues de bombardiers, plus de 400 obus de 152mm à Haute Charge Explosive furent tirés par le seul Destroyer USS Brooklyn, plus de 2000 roquettes s’abattirent sur la zone de la plage, du viaduc et leurs abords dans les minutes précédant 08h00. Cet épisode est qualifié de « terrifiant » dans le rapport d’activité du Brooklyn.

Guns_and_shell_casings_on_board_USS_Brooklyn_(CL-40)_during_Sicily_invasion,_July_1943
L’USS Brooklyn en action.

A 6h30 le viaduc est observé « apparemment intact ». A 8h00 les deux piliers Est sont observés détruits, ayant entraîné les voûtes dans leur chute.

On a longtemps cru que la destruction du viaduc résultait d’un dynamitage allemand. Mais il n’en existe aucune preuve, d’autant que les destructions de ponts par les spécialistes du Génie se font toujours au niveau des voûtes minces et non des piliers, beaucoup plus difficiles à détruire. Illustration :

Viaduc d'Aix
Viaduc ferroviaire vers Aix en Provence saboté par les Allemands pour couvrir leur retraite fin août 1944 ; en cours de réparation par le Génie militaire U.S.

Or ce sont les piliers qui ont été touchés à Anthéor, et non les voûtes qui restèrent quasiment intactes après leur écroulement à la verticale.

Par ailleurs les Allemands n’avaient aucun intérêt à détruire leur seule voie de communication vers l’Est, alors même que le Débarquement n’avait pas commencé et n’était qu’une hypothèse pour le Commandement Allemand, sous l’effet des opérations de diversion menées à La Ciotat et vers Gênes.

Les recherches les plus récentes conduisent à une forte probabilité que des obus alliés de gros calibre aient touché en tir direct les deux piliers Est, piliers construits sur un sous-sol instable dans le lit du thalweg du Ravin d’Anthéor et ébranlés par le souffle et les éclats des bombes dont certains cratères sont visibles au pied du viaduc même.

L’écroulement des piliers conduisit à l’écroulement des voûtes, ce qui rendit le viaduc totalement inutilisable.

 

Le viaduc détruit
Les 2 piles Est sont détruites le 15 août 1944. La ligne de ravitaillement allemande depuis les Alpes-Maritimes est coupée.

La conquête de la plage d’Anthéor (Camel Blue Beach), défendue par les volontaires russes de l’OST 661, fût confiée à une unité de Texans aguerrie dans les combats d’Italie : les 850 hommes du 1er Bataillon du 141ème Régiment d’Infanterie de la 36ème Division d’Infanterie dite « Texas ».

Le 141ème Régiment d’Infanterie est celui de Fort Alamo, célébrissime pour avoir combattu jusqu’au dernier homme lors de la guerre d’indépendance du Texas contre le Mexique (1836).

Remember The Alamo : souviens-toi d'Alamo. Devise du 141st Infantry. Les vagues se succèdent au matin du 15/8/1944.
Remember The Alamo : souviens-toi d’Alamo. Devise du 141st Infantry. Les vagues se succèdent au matin du 15/8/1944, au pied du viaduc détruit.
LCVP vers la plage
Des barges LCVP repartent tandis qu’une autre vague fonce vers la plage.

A 8h06 la première des 5 vagues débarque sur la plage. Les barges se succèdent mais deux d’entre elles sont coulées alors qu’elles reviennent vers le large, à vide heureusement.

Chaque barge LCVP transporte 35 hommes environ.
Chaque barge LCVP transporte 35 hommes environ.

La calanque est conquise vers 10 heures. Il y a des pertes (soldats américains et allemands, marins américains, tués ou blessés). Le 1er Bataillon rejoint à Agay les 2ème et 3ème Bataillons débarqués au Dramont, puis se dirige vers Théoule par la côte et l’intérieur de l’Estérel. Des combats ont lieu au Trayas, puis à la pointe Notre-Dame, puis à Théoule qui n’est libéré que le 16 août après-midi.

Ces actions valent au 1er Bataillon une Presidential Unit Citation, plus haute distinction américaine accordée à une unité combattante. C’est pour rappeler ces faits d’armes qu’une plaque commémorative est apposée sur le viaduc d’Anthéor, face à la mer. Une cérémonie y a lieu chaque 15 août au matin.

11873691_851463098265482_8439645499361016341_n
Plaque commémorative du Débarquement à Anthéor le 15 août 1944.
Cérémonie commémorative. 15/8/2016.